Actualités

28 février 2018

Le nouveau Plan directeur cantonal et la mobilité

Si l'on en croit les récentes projections, à l'horizon 2050, la population du canton de Fribourg aura augmenté de 50 % pour avoisiner les 450 000 habitants. Cette forte croissance démographique va générer de nombreux défis, en particulier dans l'aménagement du territoire, mais également dans la mobilité. 89 % de la population utilise chaque jour au moins un moyen de locomotion, on imagine donc l'importance d'adapter les infrastructures de mobilité à la démographie.
En tant qu'acteur majeur de la mobilité cantonale, le TCS a été consulté dans le cadre de la révision du Plan directeur cantonal. La commission des transports de notre section fribourgeoise a étudié tout particulièrement le chapitre concernant la mobilité. En effet, fort de 55 000 membres, notre club de mobilité fribourgeois se doit de défendre les intérêts de tous les «consommateurs» de mobilité, du cycliste à l'automobiliste, en passant par les adeptes des transports publics.
Allons droit au but: la majorité des mesures consignées dans ce nouveau Plan directeur cantonal vise le développement de la mobilité douce. Ce sont donc les cyclistes et les transports publics qui sont au centre des attentions. Le développement de la desserte en transports publics se taille la part du lion. Certains que la mobilité sera multimodale ou ne sera plus, nous soutenons les mesures allant dans ce sens: citons les parkings d'échanges P+R (parc+rail) et P+B (parc+vélo), la densification du réseau cyclable, les plans de mobilité ou le «car sharing».
La mobilité douce c'est bien, mais lorsque l'on sait que 65 % des kilomètres parcourus en Suisse le sont en voiture, il nous paraît fondamental d'accorder également une grande importance aux citoyens qui ont recours aux transports individuels motorisés. Ces derniers ne sont traités qu'au chapitre 6 du Plan directeur, soit après les piétons et les cyclistes: cela ne répond clairement pas à une logique de représentativité. Notre canton ne se limite pas aux agglomérations de Fribourg et de Bulle: il faut bien garder à l'esprit que les résidents des zones périphériques ont inévitablement plus souvent recours à la voiture que la population urbaine.
Lorsque le Plan directeur sera soumis au parlement cantonal, je vais m'engager, comme député, pour la défense des intérêts des usagers de la route. De l'automobiliste de l'Intyamon au chauffeur de bus de la ville de Fribourg, du cycliste singinois au motard glânois, TOUS doivent pouvoir bénéficier d'infrastructures suffisantes leur permettant de bénéficier d'une mobilité performante et multimodale. C'est dans cette idée de mobilité complémentaire, excluant toute opposition des moyens de transport entre eux, que le TCS continuera à s'engager. Pour vous, partout.

Eric Collomb, Président de section

Autres actualités

Les bus électriques menacent-ils l’industrie pétrolière ?
Les bus électriques menacent-ils l’industrie pétrolière ?
Des enjeux à tous les niveaux
Des enjeux à tous les niveaux
Véhicules autonomes
Véhicules autonomes