Actualités

26 septembre 2019

Beaucoup de bruit pour rien

Le trafic routier est la principale source de nuisances sonores dans notre pays. Un plan national antibruit a été adopté en 2017. Le canton de Fribourg et les communes prennent des mesures en équipant leurs routes de revêtements phonoabsorbants. La réduction de vitesse est aussi à l’étude. La Police cantonale, elle, mène des actions contre les comportements routiers bruyants que le revêtement ne peut pas absorber.

Le 24 avril dernier, une journée contre le bruit était organisée en Suisse. Les organisateurs avaient décidé d’«attirer l’attention sur le lien de cause à effet entre la manière de conduire et les émissions sonores des véhicules à moteur. Des accélérations inutiles à des vitesses basses, un style de conduite à haut régime ou une vitesse excédant la limitation sont en général très bruyants. En agissant de la sorte, certains conducteurs font passer leur plaisir avant le besoin de tranquillité des autres. De nombreux citadins souffrent également de ce problème, les propriétés des revêtements phonoabsorbants n’ayant aucun effet significatif sur les bruits de moteur.»

Le Conseil fédéral a adopté en juin 2017 un «Plan national de mesures pour diminuer les nuisances sonores». L’Administration fédérale note que «le trafic routier est la principale source de bruit en Suisse, suivi par les chemins de fer, le trafic aérien, les bruits quotidiens et les activités de loisir.» La Confédération, les cantons et les communes agissent de concert contre le bruit. Dans notre canton, le Service de l’environnement coordonne les actions en matière de protection contre le bruit. Pour ce qui concerne les routes, l’autorité d’exécution est fonction du statut des voies concernées:

  • Route nationale: Office fédéral des routes (OFROU)

  • Route cantonale: Service des ponts et chaussées

  • Route communale: commune concernée.

Les mesures

La pose de revêtements phonoabsorbants constitue l’une des mesures principales pour faire diminuer les nuisances sonores. Une étude de l’Office fédéral de l’environnement a montré que les revêtements phonoabsorbants les plus efficaces entraînent une réduction du bruit routier qui équivaut à une baisse de 85% du trafic. Parallèlement, les fabricants de pneus ont aussi travaillé de leur côté pour développer des pneus plus silencieux, même s’il semble que le marché n’a pas encore beaucoup réagi à cette nouvelle offre – voir encadré.
Aujourd’hui, on pense à introduire des mesures de réduction de vitesse, tant il semble évident que ces dernières peuvent avoir un effet positif sur la réduction du bruit. Le canton de  Fribourg mène actuellement une phase de test. Il présente cet essai sur son site internet: «Abaisser la vitesse des véhicules pour y parvenir est, souvent en complément à d’autres mesures, une solution qui séduit de plus en plus de villes en Suisse. Cette mesure n’est pas seulement efficace contre le bruit: elle permet également d’améliorer la sécurité routière et de faire cohabiter harmonieusement trafic, bâti et habitant-es.» L’Etat de Fribourg, en collaboration avec les communes de Neyruz et Vaulruz, a lancé un projet-pilote dans ce sens ce printemps. La vitesse a été abaissée de 50 km/h à 30 km/h sur deux tronçons de route cantonale pour au moins une année. Des mesures de bruit seront régulièrement effectuées pour tester l’efficacité de cette mesure.
La ville de Lausanne a été plus loin en décidant récemment de mettre quasiment tout son centre-ville en zone 30 km/h de 22h à 6h du matin. S’il ne rencontre pas d’opposition, le dispositif sera opérationnel durant le premier semestre 2020.

«Cette mesure drastique est née du constat très positif de l’essai pilote d’abaissement de la vitesse sur deux tronçons de l’hypercentre lausannois. Durant deux ans, les avenues Vinet et de Beaulieu ont testé le 30 km/h nocturne. L’essai a démontré l’impact considérable sur la baisse des vitesses excessives et leurs bruits de pointe, réduits de 80%. Les riverains ont été emballés (satisfaits à 86%), les usagers ont approuvé ces mesures à 64%», peut-on lire dans Le Temps (30.08.2019).

Pneus silencieux

Pierre Varenne, directeur de Michelin Recherche et Technique SA, explique que les fabricants de pneus ont aussi développé de pneus moins bruyants. «La réduction du bruit du pneu a déjà largement été travaillée par le passé et le potentiel restant est limité en termes de conception de pneus. Une étiquette pneus a été introduite au niveau européen et en Suisse, où elle est obligatoire depuis août 2014. Elle contient 3 critères: la consommation d’énergie, la sécurité et la classe de bruit. Le bruit est représenté par des ondes sonores (d’une à trois) et il est quantifié en décibels (dB). Les pneus de la catégorie la plus silencieuse, avec une seule onde sonore, émettent trois décibels de moins que les pneus avec deux ondes sonores, soit l’équivalent d’un trafic divisé par 2.» Si ces pneus ne sont pas plus chers que les autres, Pierre Varenne constate que leur vente n’a pas évolué de manière significative.

Autres actualités

Les enfants et les ados plus mobiles
Les enfants et les ados plus mobiles
Collaboration entre la Suisse et l'Inde
Collaboration entre la Suisse et l'Inde
Mobilité douce au cœur de la Basse-Ville  
Mobilité douce au cœur de la Basse-Ville